• Le 12 octobre 2018
    De 14:00 à 17:00
    Campus Tertre
    Bâtiment Censive, Salle du LLING, C228

Vendredi 12 octobre 2018, 14h
Responsable : Isabel Repiso (Université de Haute Alsace, Délégation CNRS au LLING)

Titre: L’expression de la contrefactualité au-delà des constructions en si-  

Résumé:  Le raisonnement contrefactuel est un processus cognitif qui consiste à produire des scenarios alternatifs à la réalité. Les études en acquisition ont généralement abordé la contrefactualité dans le cadre des constructions conditionnelles Si P (alors) Q (Bates 1976, Bloom 1981, Reilly 1982, Au 1983, Liu 1985, Bernini 1994, Chini 1995, Schouten 2000, Yeh & Gentner 2005). L’intérêt porté aux conditionnelles en si- a négligé la description d’autres moyens grammaticaux pour exprimer l’irréalisé. Lors de ce séminaire, on présentera les résultats d’une étude menée auprès de trois groupes de locuteurs natifs – 30 francophones, 30 hispanophones et 30 italophones – qui ont complété une tâche de mutation. Nos résultats montrent des différences significatives entre le français et l’espagnol. En français, la combinaison du conditionnel passé et d’un verbe modal est fréquemment employée (e.g., Elle aurait pu choisir un autre plat), alors que l’espagnol privilégie le subjonctif (e.g., Que el jefe hubiera pedido las vieiras ; Que son supérieur eût commandé les Saint-Jacques). La fréquence du conditionnel modalisé dans le groupe francophone comporte des effets sémantiques liés à la subjectivité. L’emploi des marqueurs modaux « pu / dû » suggère la tendance du locuteur à se signifier de manière critique dans les scenarios qu'il produit.